inspection

C’est quoi un vice caché?

Publié le

Bonjour,

Nous retrouvons aujourd’hui Steve Samson, Notaire à Montréal.

Steve nous parle de la notion de vice caché et des recours que peut envisager l’acheteur.

Selon la loi, un vice est un défaut assez important pour empêcher le bien de servir à l’usage pour lequel on l’a acheté. C’est aussi un défaut qui diminue tellement la valeur du bien que l’acheteur, s’il l’avait connu, n’aurait pas acheté le bien ou n’aurait pas payé autant.

Un vice est « caché » lorsqu’ il n’est pas apparent et qu’un examen prudent ne permet pas de le découvrir.

Quelques exemples de problèmes qui ont déjà été considérés comme des vices cachés:

une dalle de béton fissurée, un entre toit pourri, des fondations qui s’effritent, une piscine qui laisse s’échapper de grandes quantités d’eau, des moisissures dans les murs, un filage électrique rendu dangereux à la suite d’un incendie.

Même si le vendeur ignorait la présence du vice, il peut en être responsable.

À plus forte raison, le vendeur est aussi responsable des vices qu’il connaissait mais qu’il n’a pas déclarés à l’acheteur.

En cas de vice caché, le vendeur pourrait devoir faire réparer le bien (ou autrement régler le problème) ou offrir une réduction du prix de vente. S’il connaissait le vice ou s’il est présumé le connaître, il pourrait en plus devoir payer une compensation à l’acheteur pour les dommages qu’ il a subis.

Rappelons que, sauf s’il a menti ou embelli a vérité, le vendeur n’est pas responsable des vices dont il a parlé à l’acheteur ou de ceux qui sont apparents. Les vices apparents sont ceux que l’acheteur aurait pu voir ou connaître s’il avait fait un examen sérieux, attentif et prudent du bien.

N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez des questions.

Benoit Maunie, Montréal, 514 816 7963

Publicités

Serje Clément, Inspecteur en batiment.

Publié le Mis à jour le

Bonjour

Serje Clément, inspecteur en bâtiment, nous parle de son métier ainsi que du rôle et objectif de l’inspection.

Serje viendra nous retrouver plusieurs fois dans l’année pour nous faire découvrir les enjeux d’une inspection et nous l’accompagnerons aussi sur le terrain…

Des questions?Des remarques? N’hésitez pas à me contacter.

Benoit Maunie – Cell:514 816 7963

Cette fois un toit pratiquement neuf et en parfait état

Publié le Mis à jour le

Bonjour, 

Nous accompagnons aujourd’hui Serje Clément, inspecteur en bâtiment, sur un toit de Montréal qui est cette fois tout neuf  et constitué d’une membrane EPDM.

 L’EPDM (terpolymère d’éthylène propylène diène) est une membrane de caoutchouc synthétique. Pourvue d’une durabilité exceptionnelle grâce à sa résistance aux rayons UV et à sa très grande élasticité (de 300% à 500% de -40°C à +100°C), la membrane EPDM est aujourd’hui le premier choix des architectes, des experts en toiture et des entrepreneurs au Canada pour les batiments neufs et la réfection de toiture.

La membrane EPDM possède une longévité attendue minimale de 35 ans, étant résistante à la pourriture, l’ozone et les pluies acides.

Idéale pour faire l’étanchéité d’une toiture végétale ou d’un bassin d’eau, cette membrane est surtout posée sur les toitures sans protection exposées aux intempéries. Idéalement collée sur toute la surface du toit et des parapets, l’EPDM peut aussi être fixée mécaniquement ou lestée avec une toiture végétale, des dalles de béton ou des pierres rondes.

L’EPDM est un matériau de recouvrement de toiture des plus écologiques, de par sa longévité et de par son très faible impact sur l’environnement, aussi bien lors de sa fabrication que lors de son utilisation et jusqu’à son recyclage.

Les membranes EPDM blanches sont qualifiées d’éco-énergétiques, puisqu’elles contribuent à contrer les effets d’îlot de chaleur urbaine en reflétant les rayons du soleil qui réchauffent la toiture, diminuant potentiellement la consommation d’énergie liée au refroidissement du bâtiment. Les économies en climatisation dans notre climat (Québec) seront surtout marquées sur des bâtiments peu isolés et peu ventilés et aux endroits densément peuplés où la température des toits affecte la température au sol. 

N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez des questions. 

A très bientôt, 

Benoit Maunie, Montréal (+1 514 816 7963).